Raphaëlle Lavaud Bonnard

Artist

Borderline

Accéder au PDF

Galerie Post’Art, Milan, novembre 2004
Extraits d’un texte critique de Amel Ferhat-Jenkins.
… « Qu’est-ce qu’une limite?
Ils en cernent les contours par des moyens plastiques audacieux sans nous révéler ce qui se trouve de l’autre coté de la frontière car seule l’expérience du basculement importe. On est constamment dans cette tension entre deux énergies qui viennent diviser l’image; ici ou là-bas. (…) Ceci appartient à l’état intermédiaire, un ailleurs présent, un passé vivant qui nous déstabilise, nous renvoie à la limite de quelque chose de familier et d’étrange à la fois. L’expérience de la limite est étroitement liée au point de vue, que seule la peinture peut mettre en évidence par des formes colorées. Imposer un point de vue au spectateur ne signifie en rien l’enfermer dans une vision du monde, mais au contraire le pousse à des questionnements. L’essentiel de la peinture de Raphaëlle consiste en une interprétation inédite du corps et du visage humains, restitués en des attitudes ramassées mais vivantes, ou en des expressions hagardes mais d’une vérité criante. Ses personnages sont à la limite de la désagrégation ou de la déformation et paradoxalement, ils sont peints dans des postures quotidiennes: couchés, vautrés, endormis ou faisant l’amour. » …